image d'en-tête

Les cigognes arrivent

Des cigognes sont chargées d’apporter des bébés des régions chaudes d’Afrique du nord vers les territoires tempérés. Les autres années, elles ne se posaient pas de questions : quand elles quittaient l’Afrique, elles fonçaient vers les hautes cheminées d’Alsace où elles déposaient leur chargement dans des nids de branchages construits depuis des générations par leurs aïeux. Les Alsaciennes venaient ensuite récupérer les bébés et les faisaient grandir avec amour.

cheminées d'Alsace
arbres d'Alsace
toits d'Alsace

Cette année, des contestations se sont élevées chez les humains dans le reste du monde : « Pourquoi seulement en Alsace ? Ne sommes-nous pas, nous aussi, capables de rendre heureux des enfants que les cigognes nous apporteraient ? » Sensibles à ces mots réclamant plus de justice, les cigognes se sont mises à survoler le reste du monde pour trouver des jardins, des arbres, des cheminées où elles pourraient déposer leurs précieuses marchandises.

cigognes et palmiers de Sarahcigognes Thaïs vol des cigognes de Yaelle

Elles espèrent trouver des lieux aussi enchantés que les villages d’Alsace : les villageois qui accueillent ces pourvoyeuses d’enfants tiennent tellement à elles que toutes leurs forêts abritent des arbres qu’ils illuminent pour que les cigognes ne se perdent pas, elles peuvent repérer de très haut ces arbres qui brillent, elles savent alors qu’elles touchent au but. Elles se disent que notre planète recèle tant et tant de belles surprises qu’elles trouveront sans doute ailleurs d’autres repères aussi poétiques que ces arbres brillants.

arbre brillant de Yaelle
arbre brillant de Masha
arbre brillant de Sarah

Certaines cigognes sont parties vers le sud et découvrent des forêts splendides, mais, hélas ! des forêts qui brûlent, massacrées par les hommes avec la bénédiction de leur président. Elles ne peuvent pas faire cadeau de bébés à des gens qui s’occupent si mal de la nature.

foret de Cléoforêt de Paul

D’autres cigognes survolent les forêts d’Australie et traversent de gros nuages noirs qui s’élèvent des arbres en feu. Elles aperçoivent les koalas et les kangourous s’enfuyant devant les flammes qui carbonisent les plantes. Mais que font les gens de ces régions qui n’ont pas été capables d’empêcher un tel sinistre ? Il n’est pas question, pour les cigognes de leur confier les bébés qu’elles transportent !

Australie d'Elodie
Australie de Louna
australie de Marcel
australie de Nelly
australie de Masha

En Afrique du sud, les grands oiseaux découvrent que des enfants peuvent vivre sur des montagnes d’ordures. Ils sont indignés par le sort que ces pays réservent aux plus jeunes. Là non plus, les cigognes ne déposeront aucun de leurs bébés.

décharge de Gabrielledécharge de lénaig décharge de Louna

Heureusement, le monde n’est pas partout aussi catastrophique : voilà un désert aux couleurs chaudes, au silence apaisant, aux formes doucement arrondies, au-dessus duquel flotte joyeusement un bouquet de ballons. Ça serait drôle pour un bébé de jouer avec ces ballons, mais, l’enfant aurait besoin de boire donc, pas d’enfant dans le désert.

désert de Chloé

Tiens, un igloo de glace dans les dunes, à l’ombre des palmiers : c’est beau et apaisant mais l’enfant pourrait attraper un chaud et froid qui le rendrait malade. Aucune cigogne ne fera courir ce risque à son petit passager.

igloo de Julie

Voilà une jolie maison rouge posée sur un rocher au milieu de l’océan mais il n’y a pas de jardin autour de la maison. Un bébé risquerait de se noyer dans un tel lieu.

la maison rouge de Lilwenn

Une jungle hospitalière pourrait être un cadre de vie agréable pour un petit enfant mais internet a réussi à pénétrer dans ce paradis et les hommes doivent être trop occupés à correspondre avec des amis de l’autre côté de la terre, à publier des photos d’eux ou de ce qu’ils ont mangé au dernier repas pour prendre le temps de jouer avec leur petit homme.

la jungle de Maïlis

De belles montagnes bleues et des prairies bien vertes : c’est un paysage splendide mais les lions qui y vivent croqueraient un bébé en une seule bouchée.

les lions d'Alessandro

« Ici et là encore, il pleut, c’est beau mais triste et gris, il doit y faire bien froid ! » pensent les cigognes qui traversent des paysages tout mouillés où elles ne peuvent se décider à abandonner les enfants qu’elles transportent.

pluie de Nelly
pluie de Louna
pluie de Lénaïg
pluie de Thais
 pluie de Yaelle

Elles désespèrent de trouver, ailleurs qu’en Alsace, un endroit où toutes les conditions soient remplies pour qu’un bébé grandisse dans le bonheur : une nature préservée, des gens capables de former des familles aimantes, d’autres enfants pour jouer, des maisons pour les abriter et des jardins autour de ces maisons.

A force de chercher, les cigognes ont fini par trouver, dans une île où tout n’est que douceur : pas de montagnes, pas de grandes rivières, pas de forêts, mais des jardins bien verts avec de petites maisons blanches, des familles et des petites filles, Malou, Masha, Suzanne…qui appellent les cigognes et les prient de laisser là leurs précieux paquets.

jardin de Lilwenn
le jardin de Malou
le jardin de suzanne

Texte de Gisèle, dessins des enfants de l'atelier du foyer socioculturel de Belle île en mer. 2020